Ce petit côté Rain man

Image

Mon cerveau m’impressionne chaque jour un peu plus. Non pas qu’il m’aie permis de devenir astronaute ou de découvrir un vaccin contre le cancer, mais à sa façon, il est assez remarquable. Il contient un nombre incalculable de données, parfois utiles, souvent futiles, rangées dans de petits dossiers plus ou moins facilement accessibles.

J’étaye ma thèse : les mots de passe. La vie est une succession de put*** de password, tous différents, toujours vitaux : le numéro de carte bleue, le mot de passe de l’ordinateur, le digicode, le code pin, tous les sites internet…Evidemment le plus simple serait de coller le même partout, mais parait que c’est pas recommandé. Alors faut mettre des majuscules, des minuscules, des chiffres, au moins 10 caractères, bref, impossible de faire simple. Et là ou mon cerveau est incapable de se souvenir de l’endroit ou j’ai garé ma voiture 2 heures avant, il me permet par contre d’accéder les yeux fermés à mon compte Zalando. Oui, mon cerveau a ses priorités.

Par exemple je ne connaîs pas les Rois de France, je suis incapable de placer Nantes ou Guingamp  sur une carte, par contre je sais que Richard Virenque est né le 19 novembre 1969, jour ou Pelé a marqué son millième but. Je reconnais que ces deux dernières informations sont assez difficiles à placer en société, mais qui sait, peut-être qu’un jour elles me permettront de gagner à Qui Veut Gagner des Millions (ou au moins un panier garni à la foire du village d’a côté) (c’est toujours ça de pris).

Mon cerveau est également encombré par tout un tas de date : les anniversaires, les fêtes, les rendez-vous pris 6 mois à l’avance (1 an pour l’ophtalmo, faut pas se louper). Je fais tellement confiance à ce petit être sous mon crâne que je ne note jamais rien. Je me souviens de tout. Enfin la plupart du temps. Quand ma copine Sarah m’a appelé l’autre jour pour savoir si j’arrivais bientôt, j’ai évidemment répondu que j’étais sur la route. Sauf que j’étais en mode pyjama dans mon canapé avec un masque désincrustant sur la face, son invitation à diner ayant été effacée par erreur par ma mémoire centrale. Foutu virus.

Mon cerveau est également loin d’avoir la mémoire courte. Chaque coup de pute qu’on a pu me faire dans ma vie a été répertorié, inventorié, et prêt à être servi a la sauce vengeance. Je ne suis pas rancunière, lui si. Et c’est lui le chef.

Et vous, avez-vous aussi un cerveau au talent extraordinaire ?

Publicités

2 réflexions au sujet de « Ce petit côté Rain man »

  1. Tout ça me rappelle un épisode des Simpsons (tu l’as bien cherché avec ton illustration), dans lequel Homer est réquisitionné par Marge pour se rendre à une soirée chiante. Mémorable pour ce qu’il répond à Marge qu’il n’a plus qu’à mettre ses chaussures, alors même qu’il est encore en slibard dans le salon, à jouer avec un petit train électrique.

    Tu vois, je me rappelle parfaitement de ça, mais je dois encore regarder discrétos sous mon alliance pour avoir la date exacte de mon mariage.

    Bref, j’en suis.
    😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s