Que lire cet été #2

L’autre jour je vous ai déjà parlé de deux coups de cœurs littéraires.

Si vous êtes pas encore parti en vacances et que vous cherchez quoi emmener dans vos valises pour le farniente sur la plage, en voici deux autres :

 

Et puis, Paulette… de Barbara Constantine

 

L’histoire : Ferdinand vit seul dans sa grande ferme vide. Et ça ne le rend pas franchement joyeux. Un jour, après un violent orage, il passe chez sa voisine avec ses petits-fils et découvre que son toit est sur le point de s’effondrer. À l’évidence, elle n’a nulle part où aller. Très naturellement, les Lulus (6 et 8 ans) lui suggèrent de l’inviter à la ferme. L’idée le fait sourire. Mais ce n’est pas si simple, certaines choses se font, d’autres pas…
Après une longue nuit de réflexion, il finit tout de même par aller la chercher.
De fil en aiguille, la ferme va se remplir, s’agiter, recommencer à fonctionner. Un ami d’enfance devenu veuf, deux très vieilles dames affolées, des étudiants un peu paumés, un amour naissant, des animaux. Et puis, Paulette…

 

Mon avis : Un pur bonheur ! Ce livre m’a fait l’effet d’une compresse sur les plaies de mon cœur (c’est super beau ce que je dis), d’une couverture sur mes genoux l’hiver au coin du feu : un vraiment moment de tendresse, un truc qui fait du bien, mieux qu’une psychothérapie. L’histoire est douce, originale (on écrit trop peu sur les petits vieux). Le style de l’écrivain est totalement rafraîchissant, inimitable, inconnu au bataillon. Bref, je vous le conseille vivement si vous avez envie de tendresse et d’émotion : ce bouquin devrait être remboursé par la sécurité sociale.

 

Apocalipstick de Charlotte Marin

 

L’histoire : Cher journal, alors que j’étais tranquillement menottée au lit de
Richard, sa femme a débarqué ! J’ai alors pris mes (belles) jambes à mon cou et j’ai sauté par la fenêtre (du deuxième, je te rassure) pour éviter le désastre. C’est là que j’ai rencontré Martin. Bon, comme j’étais entièrement nue au beau milieu de la rue, nous n’avons pas beaucoup parlé. Tout ça pour te dire que je suis amoureuse ! Duquel ? Ça, je ne sais pas, pas encore…

 

Mon avis : une franche rigolade ! Ce tout (trop) petit bouquin se lit comme on regarde une comédie romantique, en 2 ou 3 heures maxi. Ca pourrait être Bridget Jones, mais en beaucoup plus drôle. Le style de Charlotte Marin est assez incroyable : chaque phrase fait mouche, on sent l’énorme travail d’écriture derrière. Les jeux de mots sont de petits bijoux, et les situations cocasses dans lesquelles nous entraine l’héroïne ont provoqués chez moi quelques bons éclats de rire. C’est rafraichissant, dommage qu’il soit si court, car on en redemande.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s