Je suis célibataire : Je vais bien, ne t’en fais pas.

im-single-and-very-happy

 

Du point de vue de mon entourage, j’ai l’impression que mon célibat est une maladie. Honteuse la maladie. Une sorte de MST que j’aurais chopé à force d’être moi-même. Mais dans mon malheur j’ai un peu de chance, ça serait pas incurable. Grand bien me fasse. Ça ne traverse pas l’esprit des gens qui me côtoient que même si je n’ai pas de moitié, je suis un être à part entière, qui a le droit d’exister en tant que telle. « Quand tu auras un nouveau mec », « quand tu seras un couple », « quand tu seras mariée », comme si mon état était passager, comme si ça allait s’arranger.

Alors évidemment on cherche à me caser. A tout prix. Avec n’importe qui. Du moment que le mec est célibataire / divorcé, il me correspond forcément. Parce qu’à 30 ans, faudrait pas non plus que je sois exigeante. Peu importe qu’il soit divorcé 3 fois, qu’il ait 3 gamins de 3 mères différentes, qu’il ait 10 ans de moins ou 15 de plus que moi, qu’il ait un fort penchant pour l’alcool ou l’instabilité, c’est sûre que si je suis exigeante je vais jamais trouver. L’amour qui te tombe dessus sans t’y attendre, c’est que dans les films que ça arrive. Et si moi j’ai envie d’y croire, si j’ai envie de laisser le destin mettre son grain de sable dans ma vie, non, faut arrêter de rêver. Faut t’inscrire sur internet qu’on me dit. Parce que tout le monde connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un qui a rencontré l’amour sur le web. Même si moi je connais plein de filles qui ont enchaînés les RDV foireux sur les même sites.

Quand j’étais au chômage, quand je croisais quelqu’un, la première chose qu’on me demandait c’était « du nouveau coté boulot ? ». Ce problème étant résolu, désormais on retourne au bon vieux classique « et les amours ? ». J’imagine que le jour ou j’aurai un mec, on me saoulera avec les gamins. A croire qu’on veut toujours te parler de ce que t’as pas, plutôt que de ce que tu as. Est-ce que ça rassure les autres d’essayer de taper là ou ça pourrait faire mal ? Est-ce que je leur demande moi à mes copines si leur mec est toujours aussi con, si leurs gosses sont toujours aussi impolis ? Non, pas que je sache.

Le problème c’est que je ne rentre pas dans le moule, et le moule c’est quelqu’un pour partager ta vie et des moufflets. La famille Bidochon qui part à Palavas-les-Flots tous les ans. Mon entourage n’a pas envie de croire que je ne partage pas leur idéal de vie. Et si à travers moi ils se rendaient compte que leur idéal n’était pas si parfait ? Parce que je peux partir à New-York sur un coup de tête, parce que je peux rester en pyjama à manger des bâtons de surimis à même la boite, parce que je peux rentrer du boulot et me poser devant la télé sans me préoccuper de personne, parce que je peux claquer mon fric comme je l’entends sans rendre de compte, parce que tout simplement je suis libre ? Cette liberté de pouvoir aussi tomber amoureuse sans retenue, si un jour l’occasion se présente ? Parce que tout peut encore m’arriver, parce que la vie peut encore me surprendre ?

Et si finalement cette maladie était une bénédiction ? Quoi qu’il en soit, il est certain que je ne cherche pas à en guérir, quoi qu’ils en pensent…

Publicités

14 réflexions au sujet de « Je suis célibataire : Je vais bien, ne t’en fais pas. »

  1. C’est exactement ça ! Avec mes 33 ans et mon « un an de célibat » au compteur, maintenant « on » voudrait presque me recaser avec un vieil ex qui passait la journée à s’enfumer la tête et à me faire subir ses sautes d’humeur permanentes : « au moins, tu ne serais pas toute seule ! ». Non mais merde, quoi.

    • ah ça, je compatis… pour certain, l’adage c’est mieux vaut être mal accompagnée que seule ! Et si on avait préférait être bien seule que mal à deux ?!

  2. J’ai 47 ans et je vis un célibat choisi. Je n’ai jamais voulu d’enfant. Je pensais qu’on me foutrait enfin la paix quand on m’a retiré l’utérus : que nenni ! Voilà qu’on me parle d’adoption ! Gniiiiiiiii !

  3. Ton article est tout simplement GÉNIAL. J’me reconnais TELLEMENT dans ce que tu as écrit !! Les gens trouveront toujours quelque chose à dire comme tu le dis parfaitement : quand tu seras casée, un autre sujet prendra le dessus et ainsi de suite. La vérité, c’est qu’ils ne comprennent pas qu’on puisse être épanouie alors que dans leur tête, célibat = beurk caca. Ils préféreraient nous voir pleurer et rester enfermée, ce serait une réaction plus saine 😉 En attendant, on est libres et sans être aigries, on est capable d’être seules et heureuses en attendant une (éventuelle) rencontre ! Ne change rien à la donne 🙂 Bisous d’une malade à une autre malade !!!

  4. Difficile d’avoir un entourage qui veut à tout prix qu’on rentre dans le moule. Il faut un mec (le bon) à 20 ans, son diplôme à 23, son vrai job à 25 qui précédera la construction de la maison (avec le crédit sur 25 ans), le mariage à 27, et les 3 gamins qui vont venir année après année. Ma famille est comme ça, moi pas. Du coup, ils ne m’apprécient guère, mais on a le droit de vouloir une autre vie, de ne pas vouloir suivre le même courant que les autres, cela ne doit pas faire de nous des parias. Malheureusement, après la lecture de ton billet, je vois qu’on est pas encore sorti de ce schéma, c’est bien dommage. Si je devais résumer tout ça, je dirais : reste comme tu es, pense à toi avant tout. C’est parfois compliqué (je suis en plein dedans), mais à terme c’est sûrement plus bénéfique que de s’être plié à une vie qu’on ne voulait pas !

  5. Du côté des amis ça va, en même temps ils ont l’habitude que je sois seule et que j’enchaîne les rencards foireux :p L’éternelle célibataire, c’est moi ! Mais c’est mes parents qui régulièrement me demandent où j’en suis, ils aimeraient tellement des petits-enfants… Ça m’énerve à chaque fois mais bon…
    Justement si à 30 ans j’pense qu’on doit être assez mature et bien se connaître pour être exigeant(e), se caser avec le(la) 1er(e) venu(e) juste pour pas être seul(e) je trouve ça pathétique, beaucoup voient l’exigeance en amour comme un défaut, pour moi c’est une qualité et du respect de soi et de l’autre. C’est pas pour un plan d’un soir mais peut-être pour la vie autant bien choisir, surtout que si t’es pas exigeant et qu’au final ça casse t’auras blessé quelqu’un au passage…

  6. Haaaa mais je suis tellement d’accord, ces gens qui se casent avec quelqu’un juste pour ne pas être seul, je trouve ça triste. Mais avec la pression de la société, j’ai peur de finir comme ça. J’ai mis un terme à 3 relations longues sans trop de raison, juste parce que je ne ressentais plus la passion, et que moi, je veux être passionnée, tout le temps, pas que pendant 2 ou 3 ans… Les gens me disent « mais tu sais, l’amour au bout d’un moment, ça devient différent », et à force de le répéter, ils finiraient presque par me convaincre ! J’ai la naïveté de croire à une histoire différente, et ton article me fait du bien, alors merci 🙂

    Emma.

  7. voilà ! tout est dit ! ce que tu as écrit, c’est exactement moi, enfin … nous ! mots pour mots !! notre maladie nous permettrait elle de lire les pensées ? 🙂 bref tout ça pour dire qu’à 30 ans, on n’est pas célibataire mais célibattante comme je dis ! tu dois sans cesse te justifier … « t’as personne ?? ah bon ?,!!! pourtant t’es jolie  » hum … merci je vais essayer de prendre ça pour un compliment 😉 et les phrases type … grrrrrr je suis célibataire, PAS DESESPEREE !!!! bref courage mes jolies

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s